• Les blessures et infections

    Les autres maladies

    Les blessures

    Pour les déchirures au niveau du poitrail par exemple, désinfectez et recousez d'abord les organes internes (gésier, jabot), puis la peau. Utilisez du fil chirurgical qui disparaît tout seul, sinon, du fil ordinaire désinfecté à l'alcool. Le pigeon est solide, supporte très bien l'intervention et cicatrise facilement.

    Les pattes cassées

    Préparez un tube en plastique de la taille de la patte, coupez-le en deux dans le sens de la longueur et fixez les deux moitiés de chaque côtés de la patte avec du ruban adhésif. Enlevez cette attèle deux à trois semaines plus tard.

    Les abcès

    Des abcès sous-cutanés ou internes (articulations) peuvent être provoqués par des staphylocoques ou des streptocoques. Consultez un vétérinaire et donnez les antibiotiques adaptés.

    Les carences

    Les carences peuvent être de plusieurs types :

    • manque de calcium et de phosphore : fragilité de la coquille des oeufs.
      Donnez des coquillages écrasés ou des algues de mer (coraux).

    • manque de fer : coloration blanche des muscles (au bréchet), anémie.
      Le pigeon a besoin d'énormes besoins en fer (la viande du pigeon en contient 20 fois plus que les épinards !). Les besoins sont couverts par les aliments complets, mais attention aux régimes d'hiver.

    Le sulfate de cuivre est antifongique (champignons, muguet), mais il est aussi ajouté aux aliments pour les porcs, pour favoriser leur croissance, ou répandu sur les prés pour les moutons. On peut en donner occasionnellement aux pigeons : 20 mg/L dans l'eau de boisson (à haute dose, le sulfate de cuivre est un poison).

    Les infections

    La listéria peut donner des infections cardiaques, rénales, hépatiques ou spléniques (rate). Consultez un vétérinaire qui prescrira les antibiotiques adaptés.

    Les empoisonnements

    • la bromadiolone :
      C'est un anticoagulant HPTLC utilisé sur les champs par les cultivateurs, dans la lutte contre les campagnols, les souris... Chez le pigeon, elle provoque l'éclatement d'une veine au niveau du cou, une hémorragie et une mort rapide. On peut tenter l'administration de vitamine K et consulter un vétérinaire.

    • la chroralose (Corbodor® par exemple) ou le glucochloral :
      Ces produits sont utilisés légalement pour lutter contre les corbeaux, étourneaux... lorsque ceux-ci sont déclarés nuisibles par arrêté préfectoral. Le pigeons s'endort, la température de son corps baisse et il meurt si l'ingestion est trop importante. Si les pigeons s'endorment sur les champs, ils sont aussi à la merci des prédateurs.
      Si vous constatez une faiblesse soudaine des pattes et un déséquilibre important chez des pigeons qui vont sur les champs, essayez de les faire vomir, faites-leur avaler une poire d'eau et recommencez. Puis gardez-les isolés et au chaud. Ils vont se réveiller lentement. Il semble qu'il n'existe pas d'antidote à ces produits.
      Dès que vous soupçonnez l'utilisation de ce type de poison, donnez à manger à vos pigeons avant de les lâcher. Ils ne sauront plus absorber trop de grain empoisonné et les conséquences seront moindres...


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :